SANTE

Espérance de vie:

L'espérance de vie est estimée à environ 10 à 12 ans.

Sinus dermoîde:

Race sujette au sinus dermoïde, anomalie dermatologique congénitale et héréditaire qui résulte d'une séparation incomplète de la peau et de la moelle épinière à l'issue de la différenciation du revêtement cutané et du système nerveux central à partir de l'ectoderme lors des premiers stades du développement embryonnaire.

Une étude universitaire suédoise a démontré que le sinus dermoïde serait associé à la présence de la crête dorsale. Néanmoins, cette conclusion suscite la controverse au sein de la communauté des éleveurs de rhodesian ridgebacks et leurs clubs de race. L'élevage rigoureux avec un apport en vitamine B10 pour les femelles à risque permet une substantielle diminution de cette tare héréditaire.

Génétique de la crête dorsale:
Le déterminisme génétique de la crête dorsale n'est pas connu avec certitude mais il est probable qu'un gène majeur (autosomal récessif) soit responsable de sa présence et que des polygènes modificateurs en régissent le développement et l'allure. La qualité de la crête dorsale procéderait donc de la génétique quantitative, avec les difficultés de fixation des caractères que cela sous-entend.

Myelopathie dégénérative
La myelopathie dégénérative, encore appelée radiculomyélopathie dégénérative, correspond à une dégénérescence progressive de la moelle épinière.

Elle se traduit par une ataxie et une parésie avec déficit proprioceptif des membres postérieurs, asymétrique dans un premier temps puis progressivement symétrique. Elle évolue vers une paraplégie progressive, voire une tétraplégie.

La transmission est héréditaire selon un mode autosomique et récessif.

Deux mutations sur le gène SOD1 du chromosome 31 ont été identifiées. L’une ne concerne que le Bouvier bernois. L’autre (mutation c.118G>A) a été identifiée dans plus d’une centaine de races. Pour cette dernière mutation, des chiens homozygotes peuvent ne pas développer la maladie, ce qui laisse penser que la pénétration est incomplète. De plus, certains chiens hétérozygotes ou homozygotes non mutés peuvent également développer la maladie avec un risque bien moins important que pour les chiens homozygotes mutés.

Avant la confirmation du déterminisme génétique d’autres causes peuvent être évoquées (déficit en vitamine B ou E, maladie auto-imune, affection vasculaire).



Dysplasie de la hanche:
La dysplasie de la hanche est une maladie d'origine génétique. Elle affecte principalement les chiens de grande race. En général, la maladie peut être décrite comme une tendance au relâchement des composants particuliers de l'articulation. L'ensemble du processus se développe lentement à partir du moment où le chien commence à marcher. À l'âge de 6 mois environ, les éléments de l'articulation cessent de s'emboîter. Par conséquent, ils commencent à se frotter les uns contre les autres, ce qui entraîne fracture, subluxation et arthrite (inflammation de l'articulation). Les lésions de certaines parties de l'articulation provoquent une douleur intense et le chien a des difficultés à se déplacer. Le niveau de douleur ainsi que le niveau d'incapacité du chien dépendent du degré de jeu de l'articulation. Plus il est gros, plus la douleur apparaîtra rapidement.

La dysplasie est transmise des parents aux chiots. Il arrive également que des dysplasies apparaissent chez des chiots issus de parents en bonne santé porteurs de ce gène. Avec l'addition des gènes, la maladie se développe chez leur progéniture. La vitesse de développement de la maladie dépend de l'alimentation et de l'intensité de l'exercice physique. Une quantité excessive de calcium et de protéines dans l'alimentation du chiot entraîne une croissance rapide, ce qui devient une tache trop grosse pour l'articulation. Plus le chien grandit lentement, plus il est facile pour l'articulation de s'adapter au poids du corps. Trop d'effort physique, de trop longues promenades avec le chien pendant sa phase de croissance augmentent le traumatisme à l'intérieur de l'articulation. Les symptômes de la dysplasie peuvent apparaître à tout âge.
Les symptômes ne correspondent pas toujours au niveau de dysplasie diagnostiqué radiologiquement. Certains chiens présentant une dysplasie reconnue peuvent vivent normalement.
C'est pourquoi l'examen prophylactique de tous les animaux destinés à la reproduction lors de l'apparition d'une dysplasie est si important.

Classification du degré de dysplasie utilisé jusqu'à présent en France:
A1- articulations de la hanche normales
A2- articulations de la hanche presque normales
B1- articulations de la hanche suspectes, indication d'un deuxième examen
Dysplasie légère C1
Dysplasie modérée
Dysplasie sévère C3
Une nouvelle classification est en train d'être introduite: articulations de la hanche:
A normales ou presque normales
B- articulations de la hanche suspectes, indication d'un deuxième examen: dysplasie légère
D-dysplasie modérée
E- Dysplasie sévère

Diagnostique:
La dysplasie est diagnostiquée sur la base d'une radiographie des articulations de la hanche et d'un examen orthopédique. Le radiogramme est fait sous narcose. C'est nécessaire, car le chien doit être correctement positionné pour l'examen. Il est préférable d'effectuer la radiographie chez un vétérinaire spécialiste en la matière, car le diagnostic repose en grande partie sur la qualité des radios. Le traitement varie en fonction de l'âge auquel la maladie a été identifiée et du niveau de "relâchement" de l'articulation. En cas de légères modifications, un traitement conservateur est utilisé, mais dans les cas plus graves, une opération est nécessaire. L'âge le plus approprié pour un examen prophylactique, en ce qui concerne la conclusion définitive, est l'âge de 2 ou 3 ans. Cependant, en raison de contraintes liées à l'élevage et à l'exposition canine, l'examen est effectué dès le 15ème mois et en cas d'incertitudes (résultat B), il est répété après le 24ème mois. Certains spécialistes (par exemple, The Orthopaedic Foundation for Animals) conseillent de ne pas examiner les chiennes par radiologie pendant la période de chaleurs, car les hormones sexuelles ont une influence sur les articulations et le résultat de l'examen peut être un peu plus mauvais.

Prévention:
La dysplasie de la hanche est héritée de façon génétique. Lorsque les deux parents sont indemnes, il est fort probable que les chiots soient également en bonne santé. Si les grands-parents étaient également sans faille, la probabilité augmente encore plus. Comme ce défaut est conditionné par de nombreux gènes, il ne peut être exclu que la progéniture dysplasique naisse de parents en parfaite santé (bien que ce soit probablement une dysplasie légère). La fréquence d'apparition de la dysplasie peut être réduite par des plans de reproduction adéquats et conséquents. Bien que la réglementation n'exige pas que tous les Ridgeback soient radiographiés, tout éleveur responsable devrait le faire. Les chiens atteints de dysplasie diagnostiquée ne doivent pas être reproduits. La prophylaxie devrait également inclure la méthode d'alimentation. Il y a beaucoup d'aliments adaptés aux grandes races.


Dysplasie du coude
Comme la dysplasie de la hanche, la dysplasie du coude est une maladie héréditaire. Elle survient principalement chez les chiens de grandes races. Sous l'effet des troubles du développement de l'articulation, ses cartilages ont tendance à se décoller de l'os. Dans ce cas, trois perturbations peuvent avoir lieu, séparément ou simultanément.

Processus anconeus non unifié (UAP):
Le processus anconeus doit s'unir au reste de l'os au sixième mois de vie. Si cela ne se produit pas, le fragment d'os libre se déplacera dans l'articulation, provoquant de l'arthrite et une douleur intense.

Ostéochodrose du coude (OCD), processus conoïde fragmenté (PCF):
L'OCD est le détachement d'un fragment du condyle de l'os huméral et le PCF est le détachement d'un petit processus de l'os du coude. Ces fragments d'os libres se déplacent, provoquant de l'arthrite et une douleur intense. Un symptôme classique de la dysplasie du coude est la boiterie des pattes antérieures. Parfois, le chien peut boiter seulement après un effort important. La dysplasie est diagnostiquée sur la base d'une radiographie des articulations. Il est préférable de faire la radiographie des deux articulations car la maladie se développe dans les deux pattes en même temps. Le traitement consiste en l'ablation chirurgicale des fragments d'os non fixés. En cas de stade avancé de la maladie, une amputation de la patte peut être nécessaire. Il n'y a aucun moyen d'empêcher complètement l'apparition de la dysplasie chez les chiots, héritée des parents, c'est pourquoi il est très important de s'assurer qu'ils ne souffrent pas de dysplasie.

L'hypothyroïdie:
L'hypothyroïdie est une maladie héréditaire. La maladie est due à des troubles du système immunitaire. Pour des raisons encore inconnues, l'organisme du chien produit des anticorps (ATA ou TgAA), qui se lient aux cellules thyroïdiennes. La réaction du système immunitaire est la destruction de ces cellules. Ce qui suit est une diminution de la production d'hormones thyroïdiennes. Les hormones T3 et T4 sont responsables du taux métabolique et leur carence entraîne un ralentissement de toutes les fonctions de l'organisme (la production de chaleur et toutes les autres productions sont réduites, la division cellulaire est plus lente).

Causes:
Ce trouble est principalement transmis des parents à leur progéniture. D'autres raisons sont, par exemple, les tumeurs ou les infections de la thyroïde, les défauts de l'hypophyse (stimulant la sécrétion de la thyroïde).

Symptômes:
Les cellules de la thyroïde sont détruites lentement, de sorte que les premiers symptômes n'apparaissent pas avant la destruction d'une majorité de la glande.

Comportement:
Somnolence, grande sensibilité au froid, manque d'énergie.
Peau: chute des poils sur les côtés, la queue, autour du cou; inflammation de la peau et des oreilles, perte de poils importante.
Système digestif: manque d'appétit, constipation fréquente ou diarrhées.
Autres: troubles de la fertilité, ralentissement du rythme cardiaque, anémie, taux de cholestérol élevé, maladies de la cornée de l'œil.

Diagnostic:
La maladie est diagnostiquée sur la base d'analyses de sang et d'urine - détermination des niveaux de T3 et T4 et du taux de cholestérol. En Europe occidentale, il est possible de tester la présence d'ATA. C'est le meilleur test. Des anticorps peuvent être détectés dans le sang avant qu'une diminution des taux d'hormones devienne perceptible.

Traitement:
Le traitement de l'hypothyroïdie consiste à administrer de l'hormone synthétique T4 et dure toute la vie.

Prévention:
Jusqu'à présent, la prévention n'est possible qu'en excluant les spécimens malades de la reproduction et en testant les chiens avant le avant la reproduction.

Entropie et Extropie:
Ces deux maladies sont des défauts des paupières. Ils entraînent des troubles du fonctionnement des yeux et peuvent même conduire à la cécité. L' entropie consiste au fait de replier le bord de la paupière vers le globe oculaire. Les cils de la paupière touchent la cornée causant une conjonctivite. L'œil commence à pleurer et à être douloureux. Le chien se frotte la tête contre divers objets ou ses pattes. Après un certain temps, la cornée est endommagée et l'inflammation s'étend aux régions plus profondes de l'œil. L'entropie non traité entraîne une perte de vision. L'extropie consiste à replier le bord des paupières vers l’extérieur. La paupière se détache de l'œil, ce qui permet l'accès à la contamination et aux bactéries. L'œil n'est pas non plus correctement humidifié, ce qui entraîne diverses infections.


Tartre
Les problèmes de plaque dentaire et de tartre affectent presque tous les chiens de plus de 2 ans.

Les causes:
Le dépôt de tartre est un processus naturel. La plaque dentaire, qui s’accumule sur les dents par le bord des gencives, est constituée de protéines et de bactéries présentes dans la salive. Son taux de croissance dépend du type d'aliment, des prédispositions génétiques et de l'état de santé. Si la plaque n'est pas systématiquement retirée, elle se minéralisera et le tartre apparaîtra. Sa surface rugueuse facilite l'ajout de nouvelles couches de calcium, de protéines et de bactéries. La croissance du tartre conduit à l'exposition du col de la dent et à la formation d'espaces vides dans la gencive à côté de la dent. Ceux-ci permettent aux bactéries de se rassembler. L'effet est une inflammation douloureuse. L'infection se propage également à la racine de la dent, endommageant ainsi l'os adjacent et entraînant la perte de dent. La bactérie peut également se propager à d'autres organes et causer diverses maladies.

Symptômes:
Le premier symptôme est une plaque jaune sur les dents, recouvrant principalement les gencives. La mauvaise haleine et le saignement des gencives sont d'autres symptômes. A un stade avancé de la maladie, le chien mangera à contrecœur et ne permettra pas de toucher la bouche. Un écoulement purulent du nez indique que les bactéries ont pénétré dans la cavité nasale.

Traitement:
Le traitement consiste à enlever le tartre avec une unité dentaire à ultrasons, à retirer les dents malades et à administrer des médicaments analgésiques et des antibiotiques.

La prévention:
Les mesures préventives consistent à brosser les dents du chien avec une pâte spéciale et une brosse à dents canine. Divers jouets de nettoyage des dents peuvent être achetés dans les animaleries. Frotter les dents avec du jus de citron est également une mesure efficace. Nourrir le chien avec des aliments secs réduit également la possibilité de dépôt de tartre.


Pyrométrie:
C'est une maladie au cours de laquelle une grande quantité de pus s'accumule dans l'utérus. Il contient des substances toxiques pouvant provoquer une insuffisance hépatique et rénale. Il existe également une possibilité de rupture de l'utérus et de péritonite mettant la vie en danger. La maladie touche principalement les chiennes les plus âgées, âgées de plus de huit ans, mais elle peut aussi toucher les jeunes chiens.

Causes:
Cette maladie est l’effet de désordres hormonaux et de grossesses nerveuses fréquentes. Elle peut également être induit par des préparations hormonales inhibant la chaleur.

Traitement:
Le seul traitement possible est l'ablation de l'utérus et des ovaires (ovariohystérectomie). C'est utile dans le cas des chiennes plus jeunes, quand d'autres affections ne se sont pas développées. L'ovariohystérectomie n'aidera pas beaucoup chez les chiennes plus âgées et les stades avancés, quand l'insuffisance hépatique et rénale sera apparente. L'opération comporte un risque important de complications et n'est pas bon marché. Si la maladie a été diagnostiquée, il est possible d'administrer des médicaments permettant de vider l'utérus à un stade précoce.

Prévention:
Si la chienne n'est pas destinée à la reproduction, la meilleure mesure à prendre est la stérilisation.

Tumeur de la glande mammaire:
La tumeur de la glande mammaire est plus courante chez les chiennes plus âgées, mais ce n’est pas un principe. Plus de la moitié d'entre elles sont des tumeurs malignes, qui se métastasent vers d'autres organes. La tumeur peut être induite par une mammite (inflammation de la glande mammaire) qui survient au cours de grossesses nerveuses successives. La seule mesure efficace pour diminuer ce risque est la stérilisation.


Grossese nerveuse:
La grossesse nerveuse est un état physiologique naturel au cours duquel apparaissent des symptômes physiques et psychiques de la grossesse. On peut l'observer environ 2 mois après les chaleurs.

La cause de cet état n'est pas claire, mais c'est probablement la réaction de l'organisme aux changements hormonaux qui se produisent à ce moment-là.

Symptômes:
Les symptômes d'une grossesse nerveuse sont les mêmes que ceux d'une vraie grossesse. L'organisme commence à se préparer à produire des chiots. Les glandes mammaires s'agrandissent et une sécrétion semblable au lait apparaît. La chienne commence à se comporter nerveusement, arrête de manger et refuse de se promener. Elle commence à préparer un nid, creuse des trous dans le jardin et ramasse des jouets.

Traitement:
Dans un parcours bénin, il suffit de fournir à la chienne beaucoup d'exercice et d'entraînement mental (apprendre de nouvelles commandes, par exemple), de limiter les caresses et la quantité de nourriture (même de 75%). La nourriture ne devrait pas avoir trop de protéines. L'administration d'un médicament homéopathique, Pulsatilla, peut également aider. Si la glande lactifère est gonflée, utilisez des compresses (une cuillerée à thé de bicarbonate de soude pour un verre d’eau tiède). Dans un traitement plus sévère, des médicaments inhibiteurs de la lactation doivent être administrés (par exemple Galastop ou Finilac), des compresses appliquées et un vétérinaire consulté. L'inflammation de la glande mammaire peut conduire à une tumeur. Si une fausse grossesse apparaît après chaque chaleur, la chienne doit être stérilisée. Contrairement à la croyance populaire, avoir des chiots ne résout pas le problème.


Stérilisation:
La stérilisation est une opération au cours de laquelle les ovaires et l'utérus sont enlevés. L'avantage de cette procédure est une probabilité réduite ou impossible de nombreuses maladies d'origine hormonale. Ceci inclut la pyrométrie, la grossesse nerveuse et le néoplasme de la glande mammaire, des ovaires et de l'utérus. La stérilisation peut être effectuée à partir de 6 mois et il n'y a pas de limite d'âge. La procédure ne devrait pas affecter le comportement de la chienne, elle sera toujours joyeuse. Elle ne grossira pas si elle consomme de plus petites portions de nourriture ou un aliment spécial. La chienne ne perd plus d'énergie pour le cycle sexuel et sa demande en nutriments diminue donc. L’opinion commune selon laquelle une chienne devrait avoir des chiots au moins une fois est une croyance. Cela ne réduit pas le risque de maladies d'origine hormonale et n'empêche pas les grossesses non désirées.